Dossier : le revenu inconditionnel

Dossier : sur le revenu inconditionnel

Le revenu universel est une idée « à la mode ». Mais les variantes sont nombreuses et une critique paresseuse se contente de pratiquer l’amalgame. La variante défendue par certains décroissants est celle du revenu inconditionnel. En voici une présentation…

Sur notre chaîne You Tube

 

Lettre de la Maison commune

Commentaires récents

Je peux adhérer à la MCD en ligne, grâce à HelloAsso, ou envoyer un chèque après avoir imprimé mon bulletin d'adhésion

J'adhère à la MCD

Chroniques de la Lettre de la MCD

Prendre ses responsabilités politiques sans renier ses convictions idéologiques

Nous pouvons lire, lors de la convention de Génération Écologie : « Alors j’entends dire, et c’est normal, « mais quand même, elle exagère… c’est vrai quoi, d’accord il faut réduire la voilure, mais mieux vaudrait parler de post-croissance, de projet ni croissant ni décroissant, mieux vaudrait parler de croissance sélective, de croissance de ceci mais de décroissance de cela, mieux vaudrait se dire a-croissant… ».

En quoi la décroissance porte bien son nom

Chacun a évidemment le droit de ne pas être « décroissant ». Mais cela devient plus difficile quand celui qui vient de se dire décroissant rajoute que « décroissance » n’est pas le mot adéquat. Il faudrait savoir !

La croissance, c’est territorialement la croissance démesurée des métropoles

Pour pointer les absurdités du monde de la croissance, il faut ajouter à une liste sans cesse croissante – l’innovation technologique permanente, l’accélération sociale, le mépris à peine dissimulé envers le vivant, l’individualisme généralisé… – la barbarie mondialisée de la métropolisation, c’est-à-dire la course des grandes villes à leur démesure.

Ni délire de toute-puissance ni nihilisme de l’impuissance

En quoi la pandémie est-elle une maladie de l’anthropo-capitalocène et donc en quoi son traitement nous ramène-t-il au cœur de la question décroissante ?

Propos sur la décroissance

On pourrait se féliciter d’une société qui aurait fait le choix de faire passer la santé avant l’économie mais en réalité il n’y a là qu’une avancée supplémentaire et peut-être irréversible d’un contrôle sur les conditions d’autonomie de nos vies personnelles.

Le monde de la croissance est l’ennemi du sens commun

A entendre continuellement tout et son contraire, par les mêmes, d’un jour à l’autre, c’est la possibilité même de pouvoir trancher entre des opinions qui semble menacée. Ce qui constituerait une victoire sociocidaire du relativisme.