Que nous apprennent les sciences de la vie ? S’il existe bien des mécanismes biologiques remarquablement efficaces, des progrès récents mettent surtout en avant le rôle fondamental des erreurs, des lenteurs, des incohérences dans la construction et la robustesse du monde naturel. Le vivant serait-il alors sous-optimal ? En quoi une sous-optimalité d’inspiration biologique peut-elle constituer un contre-modèle au credo de la performance et du contrôle dans l’Anthropocène ?Lire la suite…

Jason Hickel est l’un des objecteurs de croissance les plus en vue dans la nébuleuse post-croissance. Et il a publié en 2020 (traduction française en 2021, Hachette Livre) un livre dont le sous-titre se veut alléchant : « Comment la décroissance sauvera le monde ». Son titre est Moins pour Plus.Lire la suite…

La Confédération paysanne dénonce à travers ce livre les impasses et les dangers que représentent d’un coté l’agriculture et l’élevage industriels et de l’autre l’abolition de tout élevage prônée par le véganisme.Lire la suite…

Roman épistolaire où à travers 15 lettres l’autrice se livre à la fois à une déclaration d’amour à Cervantès, à une célébration de ses personnages, mais aussi à un mise en abîme de notre société. Elle s’emporte, s’indigne, et nous apprend à rêver… mais debout pour ne pas mourir couché.Lire la suite…

Cet ouvrage s’attarde sur le rôle important du cortex cingulaire qui a besoin de sens pour éviter de se trouver dans les situations quasi permanente de dissonance cognitive que génère une société qui s’est construite autour de la consommation mais qui nous met en garde « en même temps » sur ses impacts négatifs.Lire la suite…