Février 2018: Assemblée Générale de la Maison commune de la décroissance

Février 2018: Assemblée Générale de la Maison commune de la décroissance

Après son Assemblée Générale constitutive en novembre 2017 les décroissants ont poursuivis la construction de leur maison commune de la décroissance lors d’une 2e Assemblée Générale. Entre discussion lente et organisation il s’agit de rendre visible la décroissance en la rendant crédible.

Samedi 24 et dimanche 25 février 2018, à Saligny sur Roudon (03)

Compte-rendu de la 2e Assemblée Générale de la Maison commune de la décroissance.

 

PRESENTS :

  • Adhérents à la MCD :

– François V. – Flora S. – Jean-Luc P. – Mark M. – Annie V. – Thierry B. – Yohann H. – Gérard V. – Jean S. (présent partiellement) – Thierry S. – Adrien C. – Jean-Yves R. – Simon D. – Christine P. – Martine L.

  • Invités :

– Alain V. – Jean et Mariette S.

ORDRE DU JOUR :

Samedi 24 février 2018 :

MATIN 9h30 – 9h45 : INTRODUCTION (Jean-Yves)

  • Seuls les adhérents peuvent prendre la parole dans nos discussions ce week-end.

  • L’inscription à l’avance pour participer à l’AG permet de faciliter la logistique des repas.

  • 2e AG de la MCD, la phase constitutive (processus décroissance) est terminée.

  • L’association Décroissance-MOC va être dissoute et les fonds (1600 euros) seront reversés à la MCD. Ce capital qui vient essentiellement des (f)Estives.

  • JY souhaite rendre hommage à Michel L. absent ce WE : c’est grâce à lui et Thierry que ce projet est né.

Quelques points sont échangés suite à cette introduction :

Notamment, Thierry précise qu’avec la coopérative, c’est la première fois qu’on se tient à des réunions collectives tous les 15 jours, on a appris à travailler ensemble depuis notre dernière réunion à Limoise.

On a un socle commun qui devient cohérent et c’est sur ça qu’on doit s’appuyer pour associer un maximum d’adhérents à notre cause.

En exception à la règle, on autorise pour cette AG les non-adhérents à participer au débat (avec autorégulation dans leur prise de parole), mais pas à voter.

9h45 – 13h15 : REGLEMENT INTERIEUR

Cf le RI modifié, issu des discussions denses échangées autour du document.

Durant les discussions, il est décidé de constituer un groupe thématique pour envisager le soutien des candidats aux élections. Simon D. Et Christine P. se proposent pour en faire partie.

APRES-MIDI 15h – 17h : DISCUSSION LENTE SUR LA DECROISSANCE DU TRAFIC AERIEN ET LA LIBERTE DE CIRCULATION

Contexte : la coopérative a rédigé plusieurs communiqués, notamment sur NDDL. Le débat entre taxation et interdiction des vols intérieurs ayant eu lieu au sein de la coopérative, celle-ci a décidé d’organiser une discussion lente sur le sujet.

Discussion entre Thierry et François – 30 minutes :

Synthèse des arguments échangés :

François :

  • L’arbitraire ne nous rend pas crédible : pourquoi les vols intérieurs plutôt que les autres ?

  • L’interdiction pure et simple de tout ce qui est nuisible pour la planète nous entraîne dans une logique sans fin.

  • Privilégier la sobriété plutôt que l’interdit, la taxation dissuasive de ce qui est nuisible à l’environnement (dont avion) et favoriser les comportements vertueux.

  • Interdire les vols intérieurs ne règle pas le problème du tourisme lointain. Il faudrait plutôt interdire les vols extérieurs dans ce cas.

  • L’autolimitation relève de la simplicité volontaire, elle ne résoudra jamais les problèmes de société. Il faut mettre en place des politiques publiques.

  • La taxation vise à réduire le pouvoir d’achat des individus et à réinjecter des fonds dans les biens communs

  • La taxation peut se mettre en place dès demain : c’est un élément rapidement réalisable du trajet que l’on défend.

Thierry :

  • Taxation ne pénalise que ceux qui n’ont pas les moyens, les riches peuvent continuer

  • Liberté de circulation à l’ensemble des habitants de l’humanité est une aberration écologique

  • Quand bien même on pourrait prendre tout le temps l’avion, quel sens auraient nos vies ?

  • Ma liberté individuelle de voyager s’exerce au détriment d’une grande partie de l’humanité

  • Le tourisme de masse impacte les territoires (hôtels de luxe, mode de vie occidental partout)

  • Le développement excessif des transports a permis l’éclatement des familles

  • L’autolimitation peut être un choix collectif. C’est un objectif de la MCD e rendre ce projet désirable et acceptable.

  • La Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 dit que la liberté individuelle s’arrête là où celle de l’autre commence : Elle est la base de l’individualisme qui sévit aujourd’hui.

Travail de groupe – 45 minutes : définition de la liberté + des propositions concrètes.

Restitution des groupes

Groupe 1 :

  • la liberté n’est plus définie en tant que valeur. Elle l’est par la loi, s’appuyant sur la possibilité matérielle de faire les choses (que de l’individualisme, pas de commun).

  • Définition de la liberté : ma liberté ne doit pas nuire au bien commun, dans l’espace et dans le temps. Elle ne doit pas nuire à nos ressources, à celles de nos générations futures & passées ni à l’ensemble du vivant.

  • La valeur de liberté est la seule qui compte, les autres valeurs relèvent du privé, de l’individu. Liberté, égalité, fraternité -> le libéralisme ne garde que la liberté.

  • Liberté de ne pas faire : on a pas la liberté de ne pas avoir internet, de ne pas avoir de smartphone, de ne pas être connecté.

  • Liberté collective = démocratie ?

  • Il faut rendre les limites désirables, il faut que les gens soient eux-mêmes convaincus du bienfait de la restriction.

  • Liberté = espace entre le plancher (nécessité) et le plafond (nuisance au bien commun).

  • Propositions : comment se réorienter en-dessous du plafond ?

Groupe 2 :

  • Il y a de moins en moins de liberté.

  • La question se pose par rapport à la technique (qui donne une puissance telle que l’homme peut modifier la biosphère) et la démesure

  • La liberté d’entreprendre devient la liberté de la démesure (au moment de la Révolution industrielle).

  • La domestication (absence de liberté) se poursuit dans la consommation : obligé d’être mobilisé par les Linky, capteurs, les smartphone, etc).

  • La liberté doit aller de pair avec la responsabilité. Le problème c’est comment on le décline en politiques : pas par une taxation mais par une rupture culturelle. Une culture va avec des tabous, des interdits.

  • la question de l’acceptabilité va à l’encontre de notre projet idéologique et philosophique, ce n’est pas notre problème que nos propositions ne soient pas « accessibles » aux gens. Il faut que les gens souhaitent ne plus prendre l’avion. Il faut faire désirer cette rupture.

  • Rupture culturelle = penser toutes les activités d’un Etat selon la nécessité de réduire notre empreinte écologique -> nécessite de repenser complètement toutes les politiques, implique de gros changements.

Groupe 3 :

  • Réduction du temps de travail : si on a plus de temps on peut se déplacer plus loin sans prendre des transports très polluants comme l’avion et privilégier le train.

  • Exemple dans le sud de la Guyane : interdiction de la circulation des touristes pour préserver le mode de vie des gens qui vivaient dans cette région -> ça prouve que des politiques sont possibles pour limiter la circulation des gens – autolimitation collective

  • Plus de liberté de circulation sans code de la route donc pas de liberté de circulation sans interdits => toute culture s’appuie sur des interdits

  • projet de rupture culturelle n’empêche pas des politiques à court terme. Rendre accessible le transport ferroviaire (remettre les guichets dans toutes les gares, rouvrir toutes les petites gares) et taxation des vols

  • La loi fait sauter des tas de verrous donc elle autorise de plus en plus des choses inacceptables ; elle interdit pas, au contraire, elle autorise la démesure.

  • Quelles interdictions on souhaite combattre ? Quelles interdictions veut-on mettre en place pour notre (nouvelle) culture ?

17h40 – 19h10 : STRATEGIE DE VISIBILITE DE LA MCD

Activités réalisées :

  • Réunions téléphoniques régulières de la coopérative (tous les 15 jours, 6 à ce jour)

  • Mise en forme des documents (charte, bulletin d’adhésions) et refonte du site MCD.

  • Charte et objet de la MCD traduits en espagnol, anglais, allemand et italien mais pas encore en ligne.

  • Publications de communiqués de presse sur notre site, d’une tribune sur Reporterre, interview sur France Info (Thierry, 2’40’’), sollicitation de LCI et revue Silence.

  • Diffusion de 3 lettres MCD à une liste de diffusion large de décroissants

  • Présence de la MCD à NDDL le 10/02, 500 tracts distribués et une banderole + une pancarte (mais visibilité à améliorer).

  • Signatures de l’Appel « Bientôt il sera trop tard ».

Il nous faut plus solliciter les adhérents MCD et leur entourage pour publier des billets sur le site.

Synthèse des échanges pour améliorer notre visibilité :

  • 1er cercle : textes et billets publiés sur le site, envoi de lettres par mail régulièrement

  • Grand public : actions coup de poing et scènes de théâtre dans les lieux publics

  • Associations : développement de partenariats pour rédaction des livrets – Cf. document d’Adrien avec des contacts.

  • Revoir la forme du site qui n’est pas directement identifiable et notre logo à retravailler (Yohann fait une proposition et voit avec Michel)

  • le graphisme est super important et ça nous décrédibilise si notre forme est trop brouillée. A voir avec Michel.

  • Création d’un groupe stratégie de communication (Thierry, Flora).

  • A la prochaine AG : Atelier fabrication de drapeaux avec notre nouveau logo ? (2h)

19h10 – 19h45 : MAISON EN DUR POUR LA MCD

Une proposition très intéressante est faite d’une maison dans les Landes à Habas mais ne peut être retenue car trop excentrée. Il est proposé de transmettre l’idée au groupe local de décroissance dans le Sud-Ouest et de faire une annonce dans le journal Silence pour monter un projet local.

Dimanche 25 février 2018

9h45 – 12h15 : GROUPES TERRITORIAUX ET MISE EN RESEAU

Réflexion à partir d’un texte proposé par Arthur.

Synthèse des échanges sur les groupes territoriaux :

A l’article Groupes Territoriaux et thématiques au RI :

  • « Groupe thématique : Toute personne physique, adhérente ou non à la MCD, a la possibilité de participer à la création et/ou la gestion d’un groupe thématique. Toute personne souhaitant créer un groupe thématique devra en faire la demande à la mutuelle pour validation par la commission thématique. Chaque groupe devra comprendre au minimum 1 personne adhérente à la MCD. Ce groupe portera un nom de la forme « décroissance & thème » ou « thème & décroissance ».

 

  • Groupe territorial : Les adhérents de la MCD qui sont aussi adhérents d’un groupe territorial existant s’engagent :

* à inviter ce groupe à utiliser les outils proposés par la MCD * à informer des actualités de la MCD * à inviter ce groupe à participer aux publications sur notre site, aux groupes thématiques et aux événements * à inviter ce groupe à porter un nom de la forme « territoire-décroissance » ou « décroissance-territoire ».

Référents territoriaux :

Un article décrivant leur rôle est ajouté au RI :

« Des adhérents volontaires seront nommés référents territoriaux. Ils préciseront quelle zone ils peuvent couvrir. Le rôle des référents territoriaux est :

  • Aller au contact des décroissants de leur secteur,

  • Répondre aux sollicitations locales – hors médias (transférer la demande aux porte-paroles) – à savoir : décroissants souhaitant adhérer, tenue de stands, etc

  • Transmettre aux organes de la MCD si besoin

  • Alimenter la main courante »

Référents territoriaux nommés :

  • Arthur et Thierry pour Nord-Ouest

  • Christine pour les Hauts de France

  • Martine pour la Nouvelle Aquitaine

  • Jean-Luc, François et Flora en IDF

  • Jean-Yves pour la Vendée/Pays de la Loire

  • A confirmer pour Rhônes-Alpes

Porte-parolat :

François a bâti un fichier où chacun des 4 porte-paroles indique ses propositions pour les décroissants sur tous les sujets importants à traiter. C’est en cours et ça nous permettra de voir où ils en sont par rapport aux positions communes de la MCD. Il permet aussi d’identifier les thèmes sur lesquels il y a un travail commun à fournir. C’est un travail de visibilité, et non de fond, pour répondre aux éventuelles demandes à court terme….

Le cahier des charges du porte-parolat sera à définir….

A rajouter au RI en sous-chapitre de la coopérative :

« Les porte-paroles sont désignés en AG sur la base du volontariat. Ils sont libres de démissionner. Ils sont nommés pour un mandat bi-annuel glissant (renouvellement de la moitié des porte-paroles chaque année) à partir de novembre 2019. Ce mandat peut être renouvelé après un arrêt d’un an. Leur rôle consiste à rendre visible la MCD auprès des médias et à s’informer sur le contexte médiatique actuel. Ils doivent rendre compte aux adhérents de leurs interventions dans les médias, et inviter les adhérents à commenter et/ou critiquer leurs prestations de façon constructive. Les porte-paroles ne sont pas tenus de répondre à toutes les sollicitations médiatiques dont ils font l’objet. En cas de refus d’intervention dans un média, ils doivent motiver sur la main courante les raisons de ce refus. L’attitude générale des porte-paroles vis-à-vis des journalistes doit rester en cohérence avec les valeurs de la MCD, à savoir le partage, l’émancipation, la convivialité et la sobriété. Ils contactent des médias pour rendre visible la MCD. »

12h15 – 12h45 : POINT (F)ESTIVES 2018 ET PROCHAINE AG

Festives 2018 :

  • Du 19 au 22 juillet, lieu à déterminer –

  • Le thème est validé : la technique est une question politique.

  • Principe de discussion lente avec un invité principal (Olivier Rey ? Philippe Gruca ?)

  • Présentation du livre « La convivialité » d’Illich dans un atelier animé par un intervenant (contact Yohann)

  • Groupe (f)Estives : Arthur, Thierry et Michel + Yohann et Simon. Le groupe s’engage à trouver le lieu et l’intervenant avant la prochaine AG du 28/04 et 29/04.

Renouvellement de postes :

Jean-Luc, candidat à la coopérative, se rétracte finalement et envisagera sa candidature à la prochaine AG.

Adrien rejoint la coopérative en tant que chargé de communication.

Prochaine AG :

  • 28 et 29 avril 2018, lieu à confirmer

  • ODJ :
    * Relation avec l’Espagne et rencontre du 15/09 dans le Nord de l’Espagne avec groupe régionaliste (intervention Martine) * Temps de réflexion large sur la liberté au travers de la PMA et la GPA * Mise en réseau de la MCD (point non abordé en AG par faute de temps)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.