La croissance, c’est territorialement la croissance démesurée des métropoles

Depuis presque 1 an, la MCD a participé à la préparation des premiers États Généraux du Post-Urbain (EGPU qui auront lieu les 3 premiers jours d’octobre, sur le plateau des Millevaches).

En effet, pour pointer les absurdités du monde de la croissance, il faut ajouter à une liste sans cesse croissante – l’innovation technologique permanente, l’accélération sociale, le mépris à peine dissimulé envers le vivant, l’individualisme généralisé… – la barbarie mondialisée de la métropolisation, c’est-à-dire la course des grandes villes à leur démesure, par la satellisation de tout ce qui pourrait en constituer des marges.

Être décroissant, ce n’est pas seulement arrêter le train fou de la croissance, c’est organiser démocratiquement son recul. C’est donc bien d’exode urbain qu’il va s’agir. Et si la métropolisation est toujours centralisation, alors sa décroissance devra a/ rompre avec les imaginaires colonisateurs qui réduisent tout processus de civilisation à un « progrès » de l’urbanisation et b/ faire résonance aux aspirations déjà existantes vers des formes de vie lentes et reposantes, vers des milieux et des cadres de vie à taille humaine et écologique : espaces ruraux, petits bourgs et hameaux, petites villes et villes moyennes.

Nous profitons alors de cette Lettre de la MCD pour vous demander d’aider à mieux saisir les besoins et désirs qui motivent le départ des grandes villes ! Voici donc un questionnaire qui s’adresse aux personnes qui habitent les grandes villes et qui se sont posées la question de les quitter.

https://framaforms.org/aidez-nous-a-mieux-saisir-les-besoins-et-desirs-qui-motivent-le-depart-des-grandes-villes-1617807157

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.