La méthanisation : la magnifique arnaque

En ce temps de confinement, quel est le groupe organisé qui n’y va pas de ses propositions pour l’après ? Mais avant de penser au monde qu’on va laisser nous devrions nous inquiéter à qui nous allons laisser le monde. Les propositions – que ce soit dans un style « citoyen » ou « écologique » -, on les connaît malheureusement avant de les lire 1le medef propose de travailler plus, les écolos demandent plus de bio, les anars appellent à la grande soirée, les collapsologues continuent de crier à l’effondrement… : des éoliennes off-shore, de la méthanisation, des grands barrages hydroélectriques, de la végétalisation de trottoirs dans les villes (mais après minéralisation des espaces publics), des champs de capteurs solaires, des pistes cyclables, des transports en commun électriques, donc propres évidemment, du bio dans les écoles, de la transition en veux-tu en voilà, enfin, nous connaissons la chanson.

Restons sur la méthanisation : sa défense a de quoi nous interroger. Sait-on seulement de quoi on parle ?

La méthanisation peut-elle vertueuse ?

La méthanisation peut être une source d’énergie pour la ferme quand ne sont utilisés que les déchets végétaux ou les effluents animaux produits sur l’exploitation ; cette forme de méthanisation, d’une puissance d’une dizaine de kw, peut être considérée comme vertueuse. Il en va tout autrement pour les projets défendus par le gouvernement qui rêve de 10 000 méthaniseurs, de plus de 600 kw de puissance en moyenne, d’ici 2025. Ces méthaniseurs produiront soit du méthane, soit de l’électricité.

La méthanisation n’est pas une alternative à l’agro-industrie, elle en est sa complice.

Défendre la méthanisation industrielle n’est pas compatible avec une sortie urgente de l’agro-industrie. Bien au contraire, la méthanisation est une formidable bouffée d’oxygène pour l’agriculture industrielle. Il n’y a qu’à se tourner vers l’Allemagne pour voir ce qui nous attend. L’Allemagne compte aujourd’hui plus de 9500 installations pour l’essentiel concentrées dans le Mecklembourg Poméranie, dans la Basse Saxe et dans le Bade Wurtemberg. Ces régions ont connu ces dernières années, une formidable expansion de la culture du maïs utilisé comme matière première pour le digesteur, le maïs ayant un excellent pouvoir méthanogène (en fonction de la variété utilisée de 1000 à  3000 m3/ha). Ainsi plus de 50 % du maïs cultivé l’a été pour la méthanisation. Devant ces excès le gouvernement fédéral vient de limiter à 30% du maïs cultivé celui destiné aux digesteurs.

Les agriculteurs producteurs d’énergie ?

C’est bien ce qui est à craindre au regard de ce qui se passe avec la ferme dite de 1000 vaches. Ce n’est pas la production de lait qui est la raison d’être de cette usine, mais bien la production d’effluent animal utilisé comme « combustible » de l’unité de méthanisation annexe. La culture du maïs étant très exigeante en eau, nous n’en avons pas fini avec l’irrigation et les bassins de substitution, appelés bassines, en région Aquitaine et en Vendée, d’autant que le maïs arrosé est plus subventionné que le maïs qui ne l’est pas. Ajoutons à cela la pression qui va s’exercer sur le foncier, interdisant l’accès à la terre aux projets d’installation d’agriculteurs bio.

Pourquoi parler d’arnaque ?

Pour favoriser la méthanisation, le gouvernement a garanti par contrat de 15 à 18 ans le prix de rachat du « biogaz » aux  producteurs à 0,175 €/kwh alors que Engie, par exemple, le revend 0,05 €. La différence est supportée par les abonnés au travers la CSPE (Contribution au service public de l’électricité), une taxe ajoutée sur la facture. Les agro-industriels peuvent se frotter les mains, ils sont subventionnés pour le maïs et pour le gaz : la fortune est au bout du méthaniseur. De plus le prix de vente du maïs produit par ces agriculteurs n’est plus un souci, ce qui leur permet de faire du dumping vis-à-vis des autres producteurs.

10 000 unités de méthanisation, pour quelle production ?

En France la consommation d’électricité s’élève à 466 Twh/an. 10 000 unités de méthanisation de 600 kw nécessiteraient une production de maïs couvrant la superficie de 3 départements,  pour une production d’électricité qui ne dépassera pas une vingtaine de Twh/an, soit moins de 5% de la consommation annuelle !

Le digestat un problème pour les sols ?

Ce qui reste dans le digesteur après la fermentation, dépend des matières qu’on y a mises. Destiné à être épandu sur les terres agricoles comme engrais, soit brut (rarement) soit liquide après séparation de phase, le digestat contient tous les minéraux présents à l’entrée du processus : azote, phosphore, … Il peut concentrer des bactéries pathogènes qui ont résisté aux températures de la fermentation, ainsi que des métaux lourds et des produits chimiques  qui risquent de polluer le milieu et les eaux souterraines. De plus ce digestat est très appauvri en carbone qui a été transformé en méthane avec l’hydrogène du digesteur. Or la vie microbienne des sols, les bactéries, les collamboles, les acariens, en fait la matière organique vivante (MOV), a besoin du carbone pour exister. Privée de carbone cette MOV diminue, voire disparaît, entraînant l’appauvrissement du sol en humus et la mort du sol. Il faut alors faire appel aux engrais, installant par le fait un cercle vicieux.

Des mesures pour protéger les porteurs de projet.

Les unités de méthanisation sont des installations ICPE qui sont soumises à autorisation, ce qui veut dire enquête publique, étude d’impact, dossier soumis au public, etc… Pour faciliter les projets de méthanisation l’état vient de décréter que seules les installations utilisant 100 tonnes/jour  de matières premières seront soumises à demande d’autorisation, en dessous  une simple déclaration suffira. Pour savourer l’astuce il faut savoir que la majorité des projets tournent autour des 30t/jour.

Alors, la décroissance ?

Les beaux discours qui prônent la transition énergétique ou la transition écologique (c’est la même chose) en convoquant le solaire, l’éolien, l’hydraulique ou le « biogaz » font l’impasse sur les externalités de ces sources d’énergie abusivement appelées renouvelables. On vient de le voir pour la méthanisation, mais  les autres sources sont toutes aussi contestables. Alors me dira-t-on, quelles sont les solutions ? Je n’ai pas de réponse, seulement répéter que seule une importante décroissance de nos consommations peut nous épargner une pénurie d’énergie.

Partagez sur :

Références   [ + ]

1. le medef propose de travailler plus, les écolos demandent plus de bio, les anars appellent à la grande soirée, les collapsologues continuent de crier à l’effondrement…

5 commentaires

  1. Merci pour cet article. En fait l’agriculture change d’objectif, produire du maïs pour méthaniseur et non plus pour nourrir les animaux, en fait on va importer de plus en plus de soja du Brésil pour compenser, de moins en moins de terres nourricières pour l’homme, on importera de plus en plus de nourriture humaine.. Une monumentale connerie de la FNSEA.

    1. Merci à vous pour ce superbe article et merci
      Daniel pour cette précision

  2. Merci Jean-Yves pour cet article synthétique.
    Le dumping vaut aussi pour le prix du lait : à quoi bon se gratter la tête pour faire du bon lait (en prenant soin des vaches) si c’est la merde qui rapporte ?

  3. Merci pour cet exposé clair et précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.