ENRACINONS LA ZAD DE NDDL

ENRACINONS LA ZAD DE NDDL

Pour partager...
Share on FacebookShare on Google+Email this to someoneTweet about this on Twitter

Encore plus de béton, de centres commerciaux et de pollution,

Nous nous y refusons car nous sommes raisonnables et comprenons que l’avenir est sans avion

Réagissons maintenant avant qu’il ne soit trop tard, manifestons et rassemblons-nous !

Allons nombreux à Notre-Dame des Landes le 10 février avant que tout soit détruit,

Cette expérience de vie alternative, écolo et collective qui prouve qu’un autre monde est possible.

Insurgeons-nous contre les violences policières et la surdité d’un gouvernement prêt à tout pour que

Notre-Dame des Landes ne devienne pas un modèle, un exemple à suivre pour d’autres initiatives.

Ouvrons les yeux: il est urgent de boycotter l’avion dès qu’on le peut

Ni la rapidité, ni l’efficacité, ni ce progrès-là, ne

Sont des symboles pour la société à venir, sauf si nous souhaitons qu’elle disparaisse définitivement.

 

La solution n’est pas dans le réaménagement de l’ancien aéroport

Au contraire: elle est dans l’abandon des projets qui favorisent le marché aéroportuaire.

 

Zou ! Balayons les avions et l’avancée environnementale serait considérable !

Affirmons l’idée que des déplacements plus courts et plus lents sont aussi plus appréciables,

Dirigeons nos pieds ou nos vélos dans nos campagnes avoisinantes plutôt qu’à Ouagadougou.

 

Dès que j’ai découvert la ZAD, j’ai compris ce que voulaient dire “collectif” et “luttes”

Est-ce une entente généralisée, un groupe uniforme de militants ?

 

Non ! C’est le rassemblement d’univers complètement différents qui convergent car ils ont

Des intérêts communs, et qui arrivent, avec le temps, à faire ensemble et à se battre,

Des paysans, des jeunes altermondialistes, des squatteurs, des utopistes, des décroissants

La force de Notre-Dame des Landes, c’est d’avoir composé avec les divergences individuelles.

 

Flora Sallembien, Porte-parole de la Maison commune de la décroissance

Un commentaire

  1. Merci Flora !
    Depuis 2009, avec l’installation du Camp action climat à NDDL, la Zone A Défendre est devenue un terrain d’expérimentations sociales riches. Ils et elles sèment des modes de vies simples, dans la convivialité et avec l’imaginaire décolonisé du productivisme et du consumérisme.
    En désirant son évacuation, le gouvernement veut glyphosater la ZAD de sa « chienlit » aurait dit De Gaulle.
    Enracinons la ZAD ! Enracinons l’avenir d’une société écologiquement soutenable, socialement décente et démocratiquement organisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *